Quelles sont les grandes orientations de Edge ?

Pas de doute, le prochain navigateur de Microsoft est taillé sur mesure pour (re)conquérir des parts de marché à Chrome et Firefox. Et les faiblesses de Internet Explorer semblent en voie d’être corrigées.

Avec l’officialisation de Edge sont apparues quelques informations intéressantes sur le futur de ce navigateur web. Et parmi celles-là, la foire aux questions qui nous dévoile les grandes lignes de ce projet.

Disponible en anglais, nous avons voulu vous en retranscrire les passages les plus importants pour les futurs utilisateurs. Nous les avons complété avec d’autres actualités majeures tournant actuellement sur le navigateur.

1. Un seul Edge pour tous les terminaux ?

Un peu perdus avec cette double version de Internet Explorer sous Windows 8, les futurs utilisateurs de Edge seront ravis d’apprendre qu’il n’y aura qu’une seule mouture de Edge.

Edge sur Windows 10

Le fureteur a été conçu pour s’adapter dynamiquement aux différents appareils sur lesquels il tourne, de même que Edge sera parfaitement en capacité d’identifier et d’interagir avec les différents modes de contrôle (souris, stylo tactile…).

2. Les développeurs vont-ils encore pester sur Microsoft ?

Véritable cauchemar pour les développeurs, Internet Explorer faisait bien souvent l’objet d’un traitement spécial lors de la rédaction des lignes de code d’un site web. Cette singularité plutôt détestable pour les créateurs de sites web ne devrait plus être d’actualité pour Edge.

Un point qui est d’ailleurs abordé par l’équipe en charge du développement de Edge au cours de cette interview :


Microsoft Edge : “Techniquement, on envoie !” par chroniques2geeks

3. Flash, WebDriver, PDF… quid du support ?

À la question « est-ce que Edge supportera Flash ? », Microsoft répond que son étroite collaboration avec l’éditeur Adobe sera toujours d’actualité pour Edge. Windows Update serviera de pont pour offrir en permanence la version la plus actuelle et donc la plus sécurisée de Flash.

Pour ce qui est du framework Webdriver, celui-ci est activé sur la version actuelle de IE sur Windows 10, et il en sera de même pour Edge d’ici la fin de l’année.

Enfin, si les fichiers PDF pourront être lus en natif, Microsoft précise que les plugins tiers ne pourront pas être installés.

4. Edge : un navigateur Open-Source ?

On aurait pu y croire un instant lors de l’annonce, mais cela ne semble pas être dans les projets de la firme américaine : « Pour le moment, nous ne prévoyons pas que Microsoft Edge ou ses composants soient open-source ».

5. Les anciens Windows privés de Edge ?

Pour utiliser ce nouveau navigateur, il faudra disposer impérativement de l’environnement de Windows 10. Les utilisateurs sont toutefois incités à migrer vers ce nouveau système d’exploitation et son nouveau navigateur, notamment parce que la mise à jour de Windows 10 sera gratuite pour les utilisateurs de Windows 7, 8, 8.1 et Windows Phone 8.1.

C’est surtout parce que Edge veut mettre en avant des fonctionnalités propres à Windows 10 que cette compatibilité est restreinte. Cortana fait partie de celles-là et vous pouvez en voir une démonstration dans la vidéo qui suit…

6. Edge sur Mac et Linux ?

À cette question on peut déjà rappeler que le prochain navigateur de Microsoft ne sera pas disponible pour les anciens Windows. Alors comment imaginer un instant qu’il le sera sur des systèmes d’exploitation concurrents qui, eux non plus, ne pourront logiquement pas bénéficier des nouveautés de Windows 10 (Cortana…) ?

Et cette question en amène forcément une autre : comment Edge compte t-il reprendre des parts de marché sur la concurrente avec une disponibilité si restreinte ?

Windows 10 entend séduire 1 milliard d’utilisateurs d’ici 2 à 3 ans. Et forcément, le succès du navigateur sera étroitement lié à celui de l’OS qui l’accueille.

À suivre…

7. Le Do Not Track activé par défaut sur Edge ?

À l’époque, la nouvelle n’avait pas enthousiasmé les professionnels de la publicité en ligne : Internet Explorer activait le DNT par défaut.

Il semble toutefois que le prétexte du respect de la vie privée des Internautes sur lequel Microsoft s’appuyait pour justifier sa décision ait volé en éclat. Pour Edge, le paramètre du Do Not Track devra donc être activé par l’utilisateur et seulement par lui-même. La firme de Redmond entend toutefois fournir aux internautes des informations claires sur la manière de le mettre en place.

8. Des notes de version enfin claires ?

Face à une concurrence qui n’hésite pas à communiquer à tour de bras pour évoquer ses nouveautés, Microsoft se devait de réagir. C’est ainsi que Edge aura une page dédiée aux notes de version, à l’inverse d’Internet Explorer pour qui les mises à jour restaient bien souvent énigmatiques.

Notes de versions de Edge

9. De la traduction embarquée des pages web ?

Lors de la Conference Build, le vice-président de Microsoft, Joe Belfiore, a fait une démonstration qui n’est pas passée inaperçue. Le mode lecture qu’on a déjà évoqué dans nos colonnes ne se contente pas d’offrir un confort visuel en supprimant les éléments éventuellement perturbateurs, mais est également capable de traduire les pages web.

Edge sera donc en mesure d’identifier la langue du lecteur et d’offrir à ce dernier une version traduite d’une page web qu’il visite. Bing Translator est bien entendu à la manœuvre.

10. Des extensions à foison dès cet été ?

Voilà un argument qui n’a pas manqué de séduire l’auditoire de la présentation de Edge : les extensions de Chrome, Firefox, Safari ou encore Opera seront prises en charge sur Edge. Une nouveauté qui séduira certainement les utilisateurs déçus de Internet Explorer à l’écosystème particulièrement limité.

Toutefois, il faut savoir que ces modules complémentaires ne seront pas disponibles pour la version RTM de Windows 10 dont la sortie est prévue pour cet été. Encore un peu de patience avant la mise à jour…

Publié Le 07/05/2015 à 14:49 par



Ajouter un commentaire…

*