Visionner les débris spatiaux dans Google Earth

Ce vendredi, près d'une demi-tonne d'un satellite en perdition va retomber sur notre bonne vieille Terre. L'occasion de visionner l'ampleur de la pollution spatiale dans Google Earth…

Il se passe de drôles de choses au-dessus de nos têtes ces temps-ci. Actuellement, un satellite de près de 6 tonnes et de 11 mètres de longs se dirige vers la Terre et s‘écrasera ce vendredi. “Rassurez-vous”, ce n’est qu’une petite demi-tonne de débris spatial qui parviendra jusqu‘à notre Terre, le reste étant détruit lors de son entrée dans l’atmosphère.

Revenons sur ce phénomène des débris spatiaux avec ce fichier .KMZ lisible dans le logiciel Google Earth…

Une décharge au-dessus de nos têtes

debris spatiaux earth

Certes, le citoyen lambda n’y peut pas grand chose puisqu’il lui arrive rarement de lancer des engins spatiaux depuis son jardin, mais la connaissance de ce problème est un moindre mal.

En effet, des milliers de débris spatiaux circulent actuellement au-dessus de nos têtes. Depuis la première mission spatiale baptisée Spoutnik 1 en 1957 jusqu‘à aujourd’hui, le nombre de débris spatiaux n’a de cesse d’augmenter. Le débris spatial va du satellite qui n’est plus utilisé à la particule de peinture qui s’est détachée du fuselage d’une fusée. Les débris spatiaux se comptent aujourd’hui en millions.

Voir les débris spatiaux dans Google Earth

debris espace france

Pour “profiter de ce paysage”, vous devez d’abord disposer du logiciel gratuit Google Earth téléchargeable à cette adresse. Ensuite, vous devez cliquer sur ce lien pour procéder au téléchargement des informations relatives aux débris spatiaux.

Chaque point rouge correspond à un débris spatial. Même si le nom n’a rien de bien poétique, vous pourrez cliquer sur les points pour découvrir la date de mise en orbite des debris spatiaux.

La NASA estime que le satellite attendu ce vendredi a 1 “chance” sur 3200 de faire une victime humaine. Les activités “indoor” sont donc les bienvenues ce jour-là.

Publié Le 21/09/2011 à 11:11 par



Ajouter un commentaire…

*