Simulateur de vol de Google Earth

Vous partez en vrille et finissez votre course dans le décor à chaque fois que vous utilisez le simulateur de vol de Google Earth ? Prenez votre premier cours de pilotage et admirez enfin le paysage.

Vous trouverez dans ce dossier tous les conseils nécessaires pour décoller, maintenir le cap en vol et atterrir. Et si vous avez vraiment du mal à maîtriser votre avion, une solution en ligne est aussi disponible.

Télécharger Google Earth

Premier réflexe à avoir avant de pouvoir profiter de ce simulateur de vol gratuit, télécharger Google Earth.

Les dernières mises à jour du logiciel n’ont pour l’heure pas apporté de grandes nouveautés à ce simulateur. On retrouvera toujours le même tableau de bord, les 28 aéroports de départ (Buenos Aires, Francfort, Londres, Los Angeles, New York, Montpellier, Moscou…) et les 2 modèles d’avions (F-16 ou SR22).

Le joueur pourra démarrer de l’une de ces pistes de décollage ou d’une vue de son choix. Il pourra contrôler son aéronef virtuel à l’aide d’un joystick ou avec clavier/souris.

Quelques exemples de pistes et leurs environs :

Chargement du diaporama en cours…

Accéder au simulateur de vol

Avant d’activer le mode simulateur de vol, veillez à respecter ces quelques conseils :

  • évitez de télécharger de gros fichiers et de faire tourner d’autres applications, le simulateur est particulièrement gourmand en ressources systèmes et en réseau
  • activez le filtre Bâtiments 3D pour renforcer le réalisme
  • masquez tous les éléments qui peuvent polluer votre balade aérienne (frontières et légendes, lieux, photos…)

Une fois ces quelques pré-requis respectés, allez dans le menu Outils puis Entrer dans le simulateur de vol. Pour y accéder, vous disposez aussi du raccourci Ctrl + Alt + A sous les versions Windows et Linux et de la combinaison + Option + A sur la version Mac OS X.

Ce que vous pourrez faire avec

Puisque Google s’est mis en tête de numériser notre monde et que la cartographie fait partie de ses priorités, chacun peut découvrir le monde sous tous ses angles à l’aide de Google Earth. Au fil des années, ces cartes gagnent en précision. On y voit s’afficher les édifices des villes, les monuments célèbres, de la végétation, les fonds sous-marins… Autant de détails que l’on peut voir via les vues standards de Earth ou depuis le cockpit d’un avion.

Avant de vous lancer vous-mêmes, découvrez les phases de décollage, de vol et d’atterrissage d’un utilisateur expérimenté :

Certains passionnés utilisent même cette immense banque d’images pour se créer des simulateurs de vol ultimes. Par exemple, le dôme de Barco qui offre une expérience particulièrement immersive avec une vue à 360 degrés avec 14 projecteurs disséminés dans une sphère :

Prendre en main le simulateur

Du décollage à l’atterrissage, nous avons voulu vous offrir ici un guide d’utilisation le plus simple possible. Nous n’allons donc pas nous attarder sur des commandes superflues, mais simplement sur ces commandes de base qui permettent l’essentiel : partir et revenir.

Partons du principe que vous n’avez aucune expérience en la matière et donc aucun joystick à disposition. Considérons aussi que vous ne savez pas à quoi correspondent les indicateurs à l’écran.

Le HUD

Le HUD, c’est l’ensemble des informations des symboles qui s’affichent sur votre écran une fois que vous êtes passé(e) en mode simulateur.

explications tableau de bord google earth

Légende de votre tableau de bord :

  • 1. Vitesse horizontale de l’avion (en nœuds)
  • 2. Direction de l’appareil (nord, sud, est, ouest)
  • 3. Vitesse verticale de l’appareil (en pieds par minute, 1 pied étant égal à 0,3048 mètre)
  • 4. Angle de roulis
  • 5. Angle de tangage (en degrés)
  • 6. Manette des gaz
  • 7. Ailerons
  • 8. Le gouvernail de direction
  • 9. Le gouvernail de profondeur

Quelle est la différence entre le roulis et le tangage ? Il s’agit de 2 mouvements de l’appareil, le premier pouvant être illustré comme ça roulis et le second ainsi tangage

Décoller

Si vous avez opté pour un décollage depuis le tarmac d’une des 28 pistes disponibles, vous allez devoir commencer par mettre les gaz via la touche Page précédente (). Si vous utiliser un clavier Mac privé de son pavé numérique et de cette touche, utilisez le raccourci Fn + Flèche du haut.

Après cela, vous devriez voir votre avion avancer sur la piste. Maintenant, et parce que vous utilisez notamment la souris pour contrôler votre avion, cliquez une fois sur le HUD, vous verrez votre traditionnel curseur se transformer en croix.

Il ne vous restera plus qu’à placer cette dernière vers la zone basse du HUD et votre avion devrait logiquement prendre son envol. Pour éviter d’être déséquilibré durant le vol et gagner en vitesse, pensez à rentrer le train d’atterrissage via le raccourci clavier G.

Soyez tout en délicatesse avec votre avion et évitez à tout prix les gestes brusques. Plus elle est brutale, plus une manœuvre est difficile à récupérer et cela est d’autant plus vrai pour la phase de vol.

Se déplacer en vol

Après votre décollage, ne vous lancez pas tout de suite dans un programme de voltige aérienne, prenez un peu d’altitude, gardez le cap et commencez par regarder votre HUD. Veillez à ce que les niveaux 2, 3, 4 et 5 soient à peu près stables (voir explications légende HUD). Visez également la barre 0 dans les différents niveaux de graduation qui défilent au centre du HUD.

Si vous vous jugez suffisamment en altitude pour commencer les manœuvres, vous pouvez vous lancer. L’idée est donc de déplacer le curseur dans la zone mise en évidence dans l’image qui suit :

zone de direction

Pour prendre de l’altitude, placez votre curseur de souris en bas de la zone. Pour perdre de l’altitude, placez-le en haut. Pour arrêter le roulis ou le tangage, corrigez (dans le cas de figure illustré ci-dessus) en plaçant le curseur légèrement en bas à gauche.

Votre souris est donc devenue votre manche à balai et vous allez en permanence compenser délicatement avec de lents mouvements.

Le secret d’un vol réussi ? Faites preuve de patience : attendez toujours de voir l’effet qu’a un déplacement de souris dans la zone dédiée du HUD avant d’engager une nouvelle manœuvre.

Atterrir

C’est fait, la piste d’atterrissage est à vue et vous vous apprêtez à toucher le tarmac. Avez-vous pensé à sortir votre train d’atterrissage via le raccourci G ?

À l’approche de la piste, réduisez les gaz et contrôlez votre vitesse verticale. Celle-ci doit être la plus faible possible. Une fois la piste touchée par vos roues, utilisez les freins à laide des touches , (frein de la roue gauche) et . (roue droite).

phase atterrissage

Côté réalisme, il faudra par contre repasser car on peut atterrir à n'importe quel endroit, et même dans la mer pour aller ensuite visiter les fonds marins. De quoi transformer votre avion en sous-marin en un clin d‘œil.

Un simulateur de vol plus facile à prendre en main

Ce simulateur de vol Google en ligne n'est pas édité par le géant américain mais s'appuie sur sa cartographie. Le choix d’avions y est beaucoup plus grand, les vues subjectives plus variées, et vous aurez même la possibilité d’enregistrer votre vol.

Si vous avez un peu de mal à maîtriser votre manche à balai sur le logiciel, cette alternative est plutôt intéressante, notamment parce que les différentes vues permettent de mieux comprendre le comportement de l’appareil en vol.

simulateur en ligne

Publié Le 26/12/2013 à 14:39 par



Ajouter un commentaire…

*