Les géants du Web favorisent la censure en Chine

Après Reporters Sans Frontières puis Amnesty International, c'est au tour de l'organisation <strong>Human Rights Watch</strong> de critiquer le comportement de Google, Yahoo et Microsoft en Chine. Celle-ci reproche explicitement à ces géants du Web

Après Reporters Sans Frontières puis Amnesty International, c'est au tour de l'organisation Human Rights Watch de critiquer le comportement de Google, Yahoo et Microsoft en Chine. Celle-ci reproche explicitement à ces géants du Web d'aller dans le sens du gouvernement censeur, et même de faire des excès de zèle.

internet-censure-chine-google-yahoo-microsoft-human-rights-watch

L'organisation souligne le paradoxe des ces firmes complices d'un gouvernement censeur, et dont l'existence est étroitement liée à la liberté d'expression.

En réalité, Human Rights Watch reproche à ces géants de la communication d'utiliser comme argumentaire de vente auprès du gouvernement chinois un contrôle accru des utilisateurs. Ces sociétés veulent s'implanter à tout prix et elles le reconnaissent ouvertement.

Yahoo! est donc dans la ligne de mire de l'organisation qui lui reproche une censure sans concession. Celle-ci se traduit par le blocage de l'accès à des sites politiquement incorrects. Le site de l'organisation Human Rights Watch est d'ailleurs tout simplement inaccessible depuis la Chine.

Google, Microsoft ou même Skype sont également montrés du doigt pour des faits similaires. Cet acteur majeur de la téléphonie sur Internet pratiquerait une censure sur ses forums où les mots Tiananmen ou d'autres termes "prohibés" n'apparaissent jamais.



Publié Le 10/08/2006 à 15:32 par



Ajouter un commentaire…

*