Internet Explorer sur les traces de Netscape

Les nouvelles statistiques de StatCounter confirment une nouvelle fois la chute de Internet Explorer sur le marché des navigateurs. Découvrez les raisons de la perte annoncée du leadership de Microsoft dans ce domaine…

chute internet explorer

Malheureusement pour Microsoft, les statistiques se succèdent, et se ressemblent. En effet, la courbe de Internet Explorer plonge depuis maintenant quelques années, vers ce qui s’apparente à la perte de son leadership sur le marché mondial des navigateurs.

Internet Explorer : le grand plongeon

Les courbes proposées par StatCounter ont le mérite d‘être claires. La courbe de Internet Explorer (en bleu) ne cesse de plonger. Système de vases communicants oblige, ces parts de marché perdues se retrouvent dans les excellents chiffres du navigateur concurrent Google Chrome (voir la courbe verte).

chute internet explorer

Autre fait marquant, la baisse, moins visible mais certaine, de Firefox. Si la tendance observée depuis maintenant quelques mois se poursuit, il y a fort à parier que Google Chrome passe devant Firefox avant la fin de cette année. Précisons que c’est déjà le cas au Royaume-Uni.

Pas si surprenant que ça…

A y regarder de plus près la courbe proposée par StatCounter, le début de la fin de Internet Explorer a commencé depuis maintenant quelques années. Pourtant, le récent lancement de Internet Explorer 9 avait pu donné quelques espoirs à la firme américaine. En vain.

vieille_voiture

Le principal responsable de cette débâcle est avant tout Microsoft qui a tardé à innover et à proposer une version dans l‘ère du temps (interface épurée, rapidité d’affichage…). Selon nous, Internet Explorer 9 répond maintenant assez bien aux attentes des utilisateurs, même si l’absence d’un véritable écosystème d’extensions ne joue pas en sa faveur. Slides et autres accélérateurs, aussi pratiques soient-ils, ne compenseront jamais l’absence des milliers d’extensions que l’on rencontre notamment sous Chrome et Firefox.

L’autre grand responsable de cette chute inexorable est Google Chrome arrivé sur le marché en 2009 qui n’a de cesse de bousculer les leaders du secteur. Même si cela s’est calmé ces derniers mois, la navigateur de Google n’a cessé d’innover :

  • interface simple et légère
  • rapidité d’affichage et d’exécution
  • système de synchronisation des données en natif
  • gestionnaire de tâches pour fermer l’onglet qui plante sans quitter le navigateur
  • gestion des mots de passe
  • écosystème d’extensions
  • écosystème d’applications gratuites et payantes

Pour se placer en concurrent crédible de Chrome ou même de Firefox, Internet Explorer aura attendu jusqu’en mars 2011 pour lancer sa version 9. Un retard que semble payer aujourd’hui la firme de Redmond.

Enfin, difficile de ne pas expliquer la chute de Internet Explorer par la mise en place du Ballot Screen en Europe. Ce système offre aux internautes de cette zone la possibilité de choisir plus facilement leur navigateur web, et de ne plus disposer du navigateur de Microsoft par défaut.

Publié Le 30/08/2011 à 10:17 par



Ajouter un commentaire…

*