Le chantier du viaduc de Millau

MISS114 MISS114
3 623 contributions
Membre depuis le 24/02/2002
Envoyé le 05/02/2004 à 18:46


Bonsoir,

Si ça vous intéresse

<< Le chantier du viaduc de Millau prend de l’avance

Selon Eiffage, le futur plus haut pont du monde pourrait être mis en service le 20 décembre 2004, juste avant les fêtes de Noël.


L\'ouverture avait initialement été annoncée pour le 10 janvier 2005 mais \"la mise en service du viaduc pourrait intervenir le lundi 20 décembre 2004, juste avant les fêtes de Noël et faire ainsi sauter le bouchon de Millau pour les migrations de fin d\'année\", a indiqué à l\'AFP Marc Legrand, directeur général d\'Eiffage.

Publicité

\"Nous sommes à moins de 360 jours de la date conventionnelle du 10 janvier 2005 mais si le chantier avance comme c\'est le cas en ce moment, nous pourrions déjà gagner du temps sur la jonction du tablier au dessus du Tarn prévue pour le 1er juillet\" , a poursuivi M. Legrand.
\"Et si nous gagnons 5 à 6 jours sur le premier semestre, nous devrions être capables de faire de même sur le second semestre\" , a-t-il ajouté, précisant cependant que \"cet objectif reste soumis aux aléas de la météo et aux différentes conditions favorables nécessaires à cet avancement\".

Rappelons que les opérations liées au béton sont achevées depuis le 9 décembre et des phases de lançage des deux côtés se déroulent actuellement.

Entièrement financé par Eiffage, le viaduc de Millau devrait coûter environ 310 millions d\'euros et sera, avec un tablier posé à 270 m et des haubans culminant à 343 m au-dessus du sol, le plus haut pont du monde.
avec AFP
( 28/01/2004 ) >>

http://www.batiactu.com/data/28012004/28012004-173702.html?



<< Vœux d’Eiffage - Ouverture probable du viaduc, le 20 décembre 2004
par: JournaldeMillau | actif Jeudi 29 janvier 2004 à 10:51

Mardi, au pavillon d’accueil des Cazalous, Marc Legrand a présenté ses vœux. En présence de nombreux élus, des représentants des corps d’Etat, d’Henri Planes, le sous-préfet de Millau, le directeur général d’Eiffage a confirmé l’objectif de plus en plus crédible d’une mise en service du Viaduc pour le 20 décembre 2004. « Nous sommes en avance sur le calendrier des travaux. Nous espérons capter le flux des migrations de l’hiver 2004».

Etant donné le sérieux et la ponctualité de l’entreprise, on peut donc prendre cette date comme acquise, surtout que de son côté la DDE semble elle aussi supporter la cadence.

Marc Legrand, a rappelé tout ce qui avait été fait en 2003, et retenu cette étape historique de la pose de la «dernière pierre» des 7 piles, dont celle qui allait devenir la plus haute du monde, le 9 décembre 2003.

Il a ensuite évoqué les grandes étapes qui vont baliser l’activité du viaduc en 2004.

Une autre phase symbolique sera franchie vers le mois d’avril avec le tablier du viaduc qui enjambera la route de Saint-Georges.

« On aura une idée plus précise du futur », souligne le directeur général. Autre étape forte, le 1er juillet, avec la jonction des deux tabliers au-dessus du Tarn.

Enfin le directeur général d’Eiffage a annoncé pour fin juin, une opération qu’il qualifie de très attractive pour les touristes: l’érection des pylônes.

« Ils seront hauts de 90 m et d’un poids total de 600 tonnes, couchés tout d’abord. En une journée, ils seront tous relevés. Cet évènement sera de nature à attirer beaucoup de visiteurs».

Recrutement de 50 employés

Marc Legrand a ensuite évoqué les autres chantiers : « Les gens d’Eiffage T.P. travaillent sur la barrière de péage et sur les équipements de service aux usagers ».

En liaison directe avec cette barrière, il a précisé que l’exploitation se préparait : « On va commencer le recrutement des 50 personnes qui vont travailler sur la concession ». Il a souhaité qu’il y ait le plus possible d’Aveyronnais “motivés”.

Avant de terminer son propos le patron d’Eiffage a formulé quelques vœux :« Depuis le début de ce chantier, nous n’avons pas eu d’accident grave. La sécurité de notre personnel est prioritaire, j’espère que cela continuera jusqu’au bout ».

Puis il a confié qu’il avait une pensée émue pour tous ceux qui ont participé à ce grand défi: « Je souhaite qu’ils aient pour toujours la fierté d’avoir bâti cet ouvrage ».

Henri Planes le sous-préfet de Millau concluait cette cérémonie. « Nous avons pris note de cette nouvelle date. Nous allons travailler sur tous les problèmes de sécurité avec les services concernés. Il faut que tout soit prêt le jour J ».

Sur le plan d’accompagnement du viaduc, il a précisé : « La nouvelle préfète aura à cœur de prendre le problème à bras le corps, étant donné le coup d’accélérateur que vous avez donné au chantier ».

R. G. >>

http://www.viaducdemillau.com/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=316&mode=thread&order=0&thold=0


<< A 75 - Une barrière de péage « haute technologie »
par: JournaldeMillau | actif Jeudi 05 février 2004 à 13:54

La future barrière de péage du viaduc est un ouvrage à la géométrie complexe dont la conception a été rendue possible grâce à l’emploi BSI® Ceracem, un nouveau béton mutant aux performances hors du commun.
Vedette incontestée et incontestable, le futur viaduc de Millau en ferait presque oublier un autre ouvrage beaucoup moins médiatisé qui n’en est pas moins une véritable bombe technologique.

Beaucoup des futurs utilisateurs qui emprunteront l’autoroute ignoreront en effet, au moment d’acquitter leur droit de passage, qu’ils stationneront sous la barrière de péage probablement la plus résistante au monde.

La Rolls Royce des bétons

L’ouvrage imaginé et dessiné par l’architecte Michel Herbert (voir encadré) est un volume de 98 x 28 m (surface couverte) entièrement gauche, en forme d’aile de parapente à génératrices hélicoïdales, la section s’inscrivant entre deux arcs de cercle qui pivotent en permanence !

Cette structure à la géométrie complexe se caractérise également pas une finesse extrême, l’épaisseur variant de 20 à 85 cm.

Autrement dit, un ouvrage qu’il était tout bonnement impossible de construire avec les dernières générations de BHP (voir encadré) et donc, à fortiori avec des bétons ordinaires.

«Les efforts à reprendre nous auraient conduit à construire une coque de 2 à 3 m d’épaisseur» explique Jean-Marie Dolo, le responsable méthodes d’Eiffage TP.

La solution ? Faire appel au BSI® Ceracem, le nouveau BFUHP mis au point par Eiffage TP en collaboration avec Sika, un des spécialistes mondiaux en matière de chimie du béton.

Pour Jean-Marie Dolo, « il ne s’agit d ‘ailleurs plus d’un béton et il faudrait plutôt parler de matériau à matrice cimentaire resserrée, pour lequel les concurrents seraient plutôt la fonte, les résines ou l’acier ».

Un puzzle géant en 3D

Dans la pratique, cette feuille de béton de 98 m de longueur, capable d’encaisser 165 MPa (1), est constituée de 53 voussoirs de 28 m de longueur préfabriqués dans un coffrage métallique géant, installé sur une aire spéciale à proximité de la culée C0.

Chacune de ces énormes vertèbres, dont le poids oscille entre 40 et 55 tonnes, est coulée en 15 opérations successives, la centrale à béton, spécialement mise au point pour l’élaboration du matériau, n’étant capable de produire qu’un mètre cube de BSI® Ceracem toutes les 20 minutes.

« Le temps de malaxage est en effet multiplié par 7 en regard d’un béton ordinaire, et nous devons respecter des procédures bien spécifiques pour introduire les divers composants».

Le mélange s’apparente à une recette sophistiquée dont les ingrédients principaux se composent d’un prémix (2) – principalement du ciment, des fumées de silice, et des sables de bauxite – fabriqué en usine et livré sur le chantier en big-bag de 1200 kg, de fibres métalliques, de superplastifiant (3) et d’eau.

Le dosage de ce dernier composant s’effectue avec une précision drastique de ±0,1 litre par gâchée (195 litres d’eau par m3) tous les autres éléments, également pesés avec une précision extrême, étant conservés dans des hangars spéciaux sous température et hygrométrie contrôlée afin de ne pas fausser la formule magique.

Ph. Donnaes

(1) Une des caractéristique d’un béton est sa résistance à la compression exprimée en mégapascal (106 pascal) à 28 jours.
(2) Il s’agit d’un mélange sec dosé en usine selon une formulation très précise
(3) Adjuvant chimique permettant de diminuer l’apport en eau tout en optimisant certaines performances comme la plasticité et le temps de prise.

————————————————

Michel Herbert : «Redonner à l’architecture son pouvoir imaginaire»

« Il n’y a pas d’architecture sans technique. La barrière de péage de Millau est l’illustration parfaite de cette symbiose réussie, l’ouvrage étant fidèle, au centimètre près, à la géométrie de l’image du concours. Ce auvent aérien et élancé, reflet du formidable souffle de liberté et de poésie qui règne sur le site à son approche aurait, bien entendu, pu être réalisé en acier, et nous avions prévue cette alternative. En acceptant de se lancer dans ce défi technologique Jean Guénard et les ingénieurs d’Eiffage TP ont démontré les formidables capacités créatives de ce matériau très innovant qui n’avait jamais été mis en œuvre dans une telle complexité de dimensions, de masse et de géométrie. Une formidable matière qui, en repoussant les limites de l’imaginaire possible, va me permettre de continuer à faire de l’architecture plaisir ».

————————————————

Révolution chez les bétons

Mélangez du ciment, du sable, des granulats, de l’eau et vous obtenez… du béton. Bravo ! La majorité d’entre nous va devoir réviser et approfondir ses connaissances, car cette formulation simpliste ne correspond plus du tout à la réalité. Premier séisme technologique dans les années 1970-1980 avec l’apparition des BHP (bétons hautes performances). Des mélanges, « boostés » à la fumée de silice (un résidu de l’industrie sidérurgique), dont la résistance à la compression s’envole, fin 1999, jusqu’à 80 MPa alors que les meilleurs bétons classiques atteignent péniblement les 30 MPa. Nouveau saut technologique en 1997 avec le formidable développement des adjuvants et les premières formulations de BAP (bétons autoplaçants) mise au point par Sika, un des leader mondiaux en matière de chimie du béton. Un béton qui, paradoxalement, contient moins d’eau (l’ajout d’eau provoque une perte de résistance) mais se révèle d’une fluidité extrême. Avantages : plus d’obligation de vibrer (d’où une pénibilité moindre sur chantier) et la possibilité de réaliser des formes complexes. Avec l’apparition des BFUHP (bétons fibrés à ultra hautes performances) – prolongement des BPR (béton de poudre réactives) inventés par Pierre Richard, ancien directeur de la recherche scientifique de Bouygues - il s’agit carrément de l’avènement d’un nouveau matériau, les bétons devenant « désarmés » (suppression des armatures métalliques). Principales caractéristiques : jusqu’à 800 MPa en compression atteints en laboratoire mais, surtout, un béton qui résiste à la traction et affiche un comportement ductile (déformation plastique avant rupture). Autrement dit un matériau qui concurrence l’acier en laissant libre cours à l’imagination architecturale. © 2003 Journal de Millau>>

http://www.viaducdemillau.com/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=317&mode=thread&order=0&thold=0
Guillemette Memo + La Fauvette + Mamietitine
Cette conversation est fermée
bigben bigben
2 430 contributions
Membre depuis le 14/12/2002
Envoyé le 05/02/2004 à 23:55


L\'article sur le béton est interessant! [;)]
J\'ai pô tout lu mais y\' faut encore que l\'on ce fasse remarquer avec des ponts! [:D]
Sacré Français! [8D] Alors fini les mythiques bouchons aux sorties de Millau (?) [8D]
Tout ce que l'on t'a appris à l'école ce sont des conneries. (Orson Welles)
super-stoofy super-stoofy
3 562 contributions
Membre depuis le 11/06/2003
Envoyé le 06/02/2004 à 00:07


et bin MISS ta la pèche [:o] [:o] [:o]
Etre en possession d\'un drapeau tibétain au Tibet d\'aujourd\'hui expose à une peine de prison de 7 ans
gleme gleme
1 385 contributions
Membre depuis le 23/01/2003
Envoyé le 06/02/2004 à 00:36


et quand le viaduc va être construit pour tester la hauteur ils feront sauter josé bové du haut de l\'ouvrage [:D]
90km du mont st michel 80km de cherbourg et 70km de caen
MISS114 MISS114
3 623 contributions
Membre depuis le 24/02/2002
Envoyé le 06/02/2004 à 10:53


super-stoofy
Aujourd'hui à 00:07

et bin MISS ta la pèche



Pourquoi (?) (!) [:D]

gleme
Aujourd'hui à 00:36

et quand le viaduc va être construit pour tester la hauteur ils feront sauter josé bové du haut de l'ouvrage



Gleme [:o]
Guillemette Memo + La Fauvette + Mamietitine
seb74 seb74
10 459 contributions
Membre depuis le 22/02/2001
Envoyé le 06/02/2004 à 13:32


avec ou sans elastique gleme ? [:D]

en tout cas tres instructif, merci miss [;)]
Conversation fermée
« Retour sur la liste des messages de ce forum