Etes-vous Sarkozyste ou Marxiste ?

tudju tudju
253 contributions
Membre depuis le 26/01/2007
Envoyé le 30/05/2007 à 21:06


Extrait de Wikipédia...

Le socialisme marxiste est une théorie politique basée sur la conception matérialiste de l’Histoire, et caractérisée par l’objectif de la mise en commun des moyens de production et d\'échanges ainsi que par la répartition des biens équitablement à tous. Ce courant a été principalement marqué par la pensée de Karl Marx, d\'où le terme « marxisme ». Il lutte pour un monde sans classes sociales et sans oppression.

Les marxistes défendent l\'édification d\'une société égalitaire où les hommes vivraient heureux, sans la présence d\'un système économique exploiteur, ni d\'un État autoritaire et « bourgeois ». Les marxistes s\'appuient largement sur les sciences humaines, notamment l\'Histoire pour fonder leurs théories. Ils pensent que dans l\'Histoire, les forces économiques et politiques déterminent les idées, plus que l\'inverse.

Pour Karl Marx, le travail permet à l\'homme de transformer profondément la nature. Le travail est ainsi source de progrès, mais devient, sous la forme de l’esclavage, du servage et du salariat, une source profonde d\'injustices. Le travail est alors pénible et abrutissant. Cette « aliénation », au sens marxiste, désigne le fait que le prolétaire produit les richesses économiques mais ne les possède pas, et qu\'elles se retourneraient contre lui sous la forme du mépris et de la violence affichés des bourgeois possédants. Pour le marxisme, la source principale de cette aliénation à l’époque contemporaine réside dans le capitalisme, caractérisé par la propriété privée des moyens de production (les machines, les entreprises, les usines et les capitaux), le salariat, la domination d\'une classe sociale sur les autres. Le prolétaire désigne ainsi le travailleur qui est obligé de se salarier pour vivre.

Dans tous les régimes utilisant la monnaie, le travail contribue (avec les autres facteurs de production) à fournir des produits et services, qui constituent l\'essentiel des valeurs économiques. Les marxistes désignent ces diverses productions du nom de marchandises : ces marchandises contiennent à la fois une valeur d\'usage (l\'utilité pratique de la marchandise : une paire de chaussures sert à marcher avec) et une valeur d\'échange (quantité de richesse que la marchandise représente sur le marché : autrement dit le prix). Alors que pour les libéraux, la valeur des choses équivaut à leur prix, lui-même déterminé en fonction de la loi de l\'offre et de la demande, les marxistes estiment qu\'elle réside dans la quantité du travail socialement nécessaire à la production : c\'est la théorie de la valeur-travail.

Cette théorie remet en cause les origines de la richesse, sa légitimité et la légitimité de la propriété des capitaux. Pour Karl Marx, la disproportion entre la bourgeoisie riche et le prolétariat pauvre réside dans un « vol institutionnalisé » par le capitalisme. C\'est l\'exploitation de l\'homme par l\'homme : le bourgeois verse un salaire prélevé sur le prix de la marchandise au prolétaire largement inférieur à la valeur d\'échange produite par ce dernier. La différence entre la valeur d\'échange de la marchandise et le salaire versé à l\'ouvrier est la « plus-value », c\'est-à-dire les profits, qui vont exclusivement au patron ou aux actionnaires, ce qui est jugé infondé et injuste.

La concurrence va également forcer à maintenir des prix bas tout en gardant une forte marge de profit. Cette logique aboutit à un affaiblissement de la part des salaires et à une accélération des cadences de travail. Toujours selon Marx, les capitalistes sont amenés à exploiter de façon croissante l\'ouvrier, afin d\'augmenter leurs propres revenus (profit). La part de celui-ci se calcule grâce au taux d\'exploitation.

Enfin pour Marx, le système capitaliste s\'engorge irrémédiablement et génère de plus en plus de biens qu\'il ne peut plus écouler. Les solutions de la bourgeoisie étant la publicité (dont le coût est supporté par les acheteurs), la création de faux besoins, l\'inflation ou encore la guerre. Aussi, l\'altération sur le long terme du capitalisme (entre autres la baisse tendancielle du taux de profit) ainsi que l\'exploitation de l\'homme par l\'homme conduisent les marxistes à imaginer une société avec une propriété collective des moyens de production.

Selon l’analyse marxiste, la classe dominante organise la société en protégeant du mieux possible ses privilèges. Pour cela, elle instaure l\'État, l\'instrument politique de sa domination : une police et une armée chargées de maintenir la sécurité et l\'ordre public, l\'ordre « bourgeois ». Marx parle également de « l\'idéologie dominante ». Dans toute société, il y a certaines idées, certaines croyances et certaines valeurs qui dominent la vie sociale et culturelle. Ces idées dominantes sont produites pour l\'essentiel par la classe dominante. Dès lors, ces idées expriment majoritairement la domination de cette classe, c\'est-à-dire la justifient et s\'efforcent de la pérenniser. Ces idées dominantes imprègnent les esprits, et ainsi les exploités ont souvent une vision du monde allant contre leurs intérêts réels. Pendant l\'Antiquité, la majorité était persuadée de l\'inégalité naturelle des hommes, d\'où l\'esclavage. Au Moyen-Âge, la majorité pensait que l\'ordre aristocratique était voulu par Dieu et indépassable. En extrapolant à l\'époque moderne, la majorité pense que les inégalités et la propriété privée des moyens de production sont naturelles.

Si l\'État est une machine répressive qui va à l’encontre des libertés, il faut la suppression de l’État, qui serait une condition incontournable pour l\'avènement d\'une société égalitaire et juste. Le dépérissement de l\'État devant passer par plusieurs étapes:

* Prise du pouvoir par le prolétariat : celui-ci soit s\'empare des principaux leviers de commande de l\'État (armée, police, administration, capitaux, banques), soit supprime l\'État (divergence au sein des marxismes sur ce point).
* Ensuite, il faut passer par une phase où les travailleurs détiennent l\'ensemble du pouvoir (parfois appelée dictature du prolétariat). Cette dictature du prolétariat est doublement légitime d\'après le marxisme, parce qu\'elle est le pouvoir des anciennes masses exploitées, et qu’elle permet de mettre fin à la division de la société en différentes classes sociales (permettant ainsi une véritable égalité).
* Dans l\'hypothèse léniniste de « l\'État prolétarien », il faut que ce dernier disparaisse peu à peu. Seulement, on rencontre là un problème très difficile : comment gérer la vie sociale sans dominer, comment organiser sans exploiter ? Au fond, comment réaliser une vraie démocratie ? Pour cela, Lénine disait s\'inspirer des mesures prises par la Commune de Paris en 1871 qui étaient les suivantes : tous les représentants politiques de la collectivité étaient élus au suffrage universel direct (moins de représentativité politique), étaient révocables à tout instant (les mandats politiques étant les plus courts possibles) et considérés comme personnellement responsables de leurs actions. Leurs charges politiques ne leur apportaient aucun avantage particulier : le ministre ayant le même salaire qu\'un ouvrier.
* Le but final est de parvenir à une société libre, égalitaire et fraternelle, débarrassée des rapports de hiérarchie, du travail salarié, des États et des frontières, et de toute forme d’aliénation.


* grolou
Anonyme
Envoyé le 30/05/2007 à 21:28 Modifié par Modifié par grolou le 30/05/20

Bel ideal. Je me pernets d\'ajouter quelques citations de tenants du marxisme, pour aller dans ton sens Tudju.

Je conviens sans nulle difficulté que la politique de l\'Etat soviétique est conduite par un homme extraordinaire. Staline est un homme de génie. Il est génial par ses dimensions, par sa puissance intérieure d\'efficacité comme par la profondeur de ses desseins. Léon Blum.
Et Staline dissipe le malheur. La confiance est le fruit de son cerveau d\'amour. Paul Eluard (dans sa période communiste en 1950). Oui, Blum et Eluard avaient une étrange idée du génie, de la dissipation du malheur et de l\'amour à la mode goulag.

Pas de révolution sans bain de sang. Nous ne faisons pas la guerre contre les personnes en particulier, nous exterminons la bourgeoisie comme classe. Ne cherchez pas ce que l\'accusé a fait contre l\'autorité soviétique. La première question que vous devez lui poser, c\'est à quelle classe il appartient, quelles sont ses origines, son éducation, sa profession\"
La liberté de critique est la liberté de l\'opportunisme, c\'est la liberté de transformer le parti en un parti démocratique réformiste, la liberté de faire pénétrer dans le socialisme les idées bourgeoises et les éléments bourgeois. La fameuse liberté de critique signifie éclectisme et absence de principes.
Lénine (Que Faire). Pardi, on en connait tous qui ont des difficultés accepter la critique, mais là c\'est le pompom.

Observons le Juif de tous les jours, le Juif ordinaire et non celui du sabbat. Ne cherchons point le mystère du Juif dans sa religion, mais le mystère de sa religion dans le Juif réel. Quelle est donc la base mondaine du judaïsme ? C\'est le besoin pratique, l\'égoïsme. Quel est le culte mondain du Juif ? C\'est le trafic. Quelle est la divinité mondaine du Juif ? C\'est l\'argent.

Cette ordure de correspondant berlinois [...] est un youpin du nom de Meier...

Cette demoiselle [...] est la créature la plus laide [...], une affreuse tête de juive.

Il y a ici [à Ramsgate] beaucoup de juifs et de puces.

Ce négro-juif de Lassalle [...] ses cheveux le prouvent, il descend de nègres...

Karl Marx. Dit comme ça, c\'est évident que Marx est pour le bonheur des hommes, mais pas vraiment des juifs ni des nègres.

Des quelques cent millions d\'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner quatre-ving-dix à notre cause. Nous n\'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer. Alexandre Zinoviev. Sans doute la société fraternelle promise plus haut.

Les excès dans la vie sexuelle sont un signe de dégénérescence bourgeoise Lénine dans sa lettre à Clara Zetkin. On rigole pas avec la bagatelle au paradis marxiste.

Le peuple n’a pas besoin de liberté, car la liberté est une des formes de la dictature bourgeoise Lénine. Ah oui, j\'oubliais, on nous avait parlé de \"société libre\", pas de peuple libre.



* Galeric
Anonyme
Envoyé le 30/05/2007 à 23:36 Modifié par Modifié par Galeric le 30/05/2

Génial Wiki, on y trouve de tout, par exemple :

\"Le stalinisme et les Partis communistes nationaux fonctionnent comme l’Eglise catholique, à coup de dogme et de bulles que les « idiots utiles » (le mot est de Lénine) relayent.\"

« Sous un certain aspect important, le marxisme est une religion. A ses fidèles il offre, en premier lieu, un système des fins dernières qui donnent un sens à la vie et qui constituent des étalons de référence absolus pour apprécier les événements et les actions ; de plus, en second lieu, le marxisme fournit pour atteindre ces fins un guide qui implique un plan de salut et la révélation du mal dont doit être délivrée l\'humanité ou une section élue de l\'humanité. Nous pouvons préciser davantage : le socialisme marxiste appartient au groupe des religions qui promettent le paradis sur la terre. »
- Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, (1942)

« Cette restauration [d\'un intégrisme marxiste après la déstalinisation] est l\'oeuvre d\'un philosophe et d\'un théologien, non d\'un économiste ou d\'un sociologue. (...) En tant que membre de parti, Althusser doit, comme plusieurs générations de marxistes avant lui, prêter à Marx, en usant de citations bien choisies, ce qu\'il veut dire lui-même. La méthode, celle des théologiens, consiste à choisir les textes tout en poussant l\'audace jusqu\'à reconaître que Marx n\'a pas pleinement compris lui-même sa pensée authentique, la portée de la révolution scientifique qu\'il a inaugurée. » - Raymond Aron, « La lecture pseudo-structuraliste de Marx » (1967), I, dans Marxismes imaginaires.

Bibliographie locale. Raymond Aron: l\'Opium des intellectuels - « Le fanatisme, la prudence et la foi » (1956) dans Marxismes imaginaires.

Mais surtout :


La théorie de Karl Marx a servi de base à l’exercice d’une domination par des dictatures à l\'économie planifiée déclarant viser l’instauration du communisme. (NDA : Marx parlait de socialisme)

* L\'URSS (1922-1991)
En prenant le pouvoir en 1917, Lénine planifie l\'élimination des \"contre-révolutionnaires\". En mars 1919, la révolte des ouvriers d\'Astrakhan est écrasée dans le sang par l\'armée rouge, et près de 5 000 personnes sont noyées en une semaine dans la Volga. Le \"nettoyage\" des derniers bastions anti-communistes de Crimée coûte la vie à 50 000 personnes. La politique de \"décosaquisation\" frappe entre 300 000 et 500 000 cosaques qui seront assassinés ou déportés. L\'arrivée au pouvoir de Staline va généraliser les massacres de masse. En 1932 et 1933, 6 millions d\'ukrainiens mourront de la famine d\'Etat imposée par Moscou. La folie meurtrière frappe jusque dans les rangs du régime. 650 000 d\'entre eux feront les frais des purges staliniennes. 720 000 exécutions d\'opposants et 300 000 morts dans les camps. A la fin de la seconde guerre mondiale, les déportations ethniques feront des centaines de milliers de victimes, et si la mort de Staline en 1953 marque la fin des massacres à grande échelle, les déportations s\'accélèrent pour atteindre un point culminant de 900 000 personnes envoyées au goulags au début des années 60.

* Le Bloc de l\'Est (1945-1989)
De tous les pays de l\'Europe de l\'Est, la Pologne et la Yougoslavie ont payé le plus lourd tribut à l\'arrivée des communistes au pouvoir. Le retour de l\'Armée rouge en Pologne, début 1944, voit l\'élimination par le NKVD des résistants polonais non communistes. Le stalinisme polonais se caractérisa par la suite par un fichage général de la population, des vagues d\'arrestations massives et des milliers d\'exécutions. La guerre de \"libération\" menée par Tito en Yougoslavie se chiffre quant à elle en centaines de milliers de cadavres. Outre l\'élimination des résistants royalistes, nombre de croates et de slovènes furent massacrés en masse dans d\'horribles conditions, après avoir été livrés aux titistes par les britanniques... On se souviendra aussi de la répression soviétique en Hongrie en 1956, ou à Prague en 1968, des régimes sanglants d\'Honecker en Allemagne de l\'Est et de ce symptomatique Mur qui en incarnait toute la faillite, de Ceausescu en Roumanie, des massacres d\'après-guerre en Bulgarie, sans oublier l\'Etat-goulag albanais du fanatique Enver Hoxha.

* La Corée du Nord (1946-?)
* La République Populaire de Chine (1949-?)
A partir de 1949 et jusqu\'en 1957, intervient la plus sanglante vague de répression qu\'ait lancée le PC chinois. Près de 5 millions de paysans chinois périssent, et 4 à 6 millions d\'autres sont expédiés dans les sinistres \"camps de rééducation politique\", dits Laogai. L\'épuration maoïste élimine 2 millions de contre-révolutionnaires entre 1949 et 1952. En 1955, la chasse aux opposants fait 770 000 victimes, pendants que 400 à 700 000 personnes sont déportées. Le \"grand bon en avant\", politique massive de collectivisation forcée, entraîne l\'une des plus grandes catastrophes humanitaires : plus de 20 millions de chinois sont victimes de la famine. La « Révolution culturelle » chère à Mao finira de saigner à blanc le peuple chinois. En 10 ans (1966-1976), un million de personnes sont éliminées, victimes de la paranoïa du Grand Timonier. Au milieu des années 80, les laogaï comptaient encore 50 millions de prisonniers ! Aujourd\'hui, la Chine, malgré une nécessaire libéralisation du régime (socialisme de marché) qui est proche du désaveu de la politique suivie jusque là, reste sous domination communiste, et continue de filtrer l\'information (cf. affaire du Google.cn) tout en réprimant la contestation.

* La République de Cuba (1959-?)
* Le Chili sous la présidence de Salvador Allende, (1970-1973)
* La République socialiste du Viêt Nam (1973- ?)
Sur 20 000 français et viêtnamiens capturés lors de l\'offensive de Dien Bien Phu, 9 000 miraculés survivront aux traitements inhumains des communistes vietminh. La répression du régime d\'Ho Chi Minh n\'épargnera ni les paysans (50 00 seront exécutés lors de la réforme agraire de 1954) ni les religieux systématiquement persécutés. Après la victoire communiste en 1975 contre les américains, 500 000 cadres et fonctionnaires sud-viêtnamiens sont envoyés dans des camps dont beaucoup ne reviendront pas.

* Le Cambodge des Khmers rouges, (1975-1979)
Le régime maoïste de Pol Pot a abouti à un génocide cauchemardesque. Déportation entière de la population de Phnom Penh, réduction en esclavage des citadins, épuration impitoyable des éléments pro-viêtnamiens et royalistes, massacre des cambodgiens jugés réfractaires au régime. Durant cinq ans, 2 millions de personnes sont exécutées, soit près d\'un quart de la population khmère.

* La République populaire démocratique du Laos
Régime de parti unique, il a provoqué l\'exil d\'environ 300 000 personnes, soit 10% de la population, opprime l\'ethnie Hmong, et est un pays les plus pauvre du monde à cause de son modèle économique fermé et passéiste.

* La République bolivarienne du Venezuela, sous la présidence d\'Hugo Chávez (1998-?)
* La République de Bolivie, sous la présidence d\'Evo Morales (2006-?)
* Afrique
Pendant la Guerre froide, le continent africain a été le champ d\'expérimentation privilégié pour les marxistes africains formés dans les universités françaises et russes. Parmi les pays ayant payé les plus lourds tributs à cette marche forcée vers le communisme, l\'Ethiopie. De l\'assassinat de l\'empereur Hailé Selassié en 1975 à la fin du règne du marxiste Mengistu en 1991, 30 millions de personnes sont déplacées, et plus de 300 000 périssent de famines ou sont exécutés par le régime. Au Mozambique, le départ des portugais en 1975 coïncide avec l\'avènement d\'une \"démocratie populaire\" et plonge le pays dans la guerre civile : 900 000 tués, 3 millions de personnes déplacées et 75% du territoire détruit. On notera pour mémoire le calvaire du Congo, de la Guinée et du Bénin, où trente ans de pouvoir communiste ont jetés des dizaines de milliers de personnes en prison pour délit d\'opinion, ruiné les économies, et dans certains cas conduits à des massacres planifiés.

Après la Chute

Après la déroute spéctaculaire du modèle soviétique, et la gangrène prononcée du deuxième phare de la politique mondiale se soignant de l\'horreur maoïste grâce à de fortes de doses de libéralisation économique, les marxistes ont le choix entre:

1) refuser l\'héritage, apostasier et essayer de s\'allier à la social-démocratie (qui elle-même essaye de se raccrocher au libéralisme). Peu le font.
2) pratiquer la fuite, y croire encore en opérant une dissociation terminologique entre « capitalisme d\'Etat » et communisme, expliquant que nous avons connu l\'un et pas l\'autre, encore à venir, toujours à venir, mais comment ? Les voies du communisme sont impénétrables même après la lecture matérial-historique de Marx, et que là où Lénine, Staline, Castro et autres n\'ont pas réussi de nouveaux réussiront... L\'alter-mondialisme inconséquent et déjà déchiré, est-il le nouveau phare marxiste du XXIe siècle, ou une nième comète qui ne saura que s\'écraser dans le vide ?
3) dénigrer le libéralisme, boite de Pandore de tous les penseurs en mal de raisonnement (Vivianne Forrester), et ne se proposer que comme posture morale bien incapable de donner un programme réaliste, trouver des excuses géopolitiques (évidemment la Suisse, Andorre, le Luxembourg, etc. avaient bien plus d\'atouts que l\'URSS, le bloc de l\'Est et la Chine !), imputer ceci au stade de développement (armée d\'une si bonne théorie, ne fallait-il pas attendre, alors ? Choisir un autre pays ? Laisser le capitalisme s\'effondrer ?), dénoncer des complots (bien sûr le KGB n\'a jamais existé face à la CIA, l\'instrumentation des petits pays n\'a été le fait que d\'un seul bloc, et dans la lutte que se sont livrés l\'URSS et les USA, il n\'y a rien à tirer de la chute de l\'un et de la survie tel quel de l\'autre...)

La violence et le mépris de la vie individuelle sacrifiée sur l\'autel de la Cause, se manifeste encore dans l\'activité des organisations terroristes d\'inspiration socialistes qui sévissent:

* en Europe :

Durant ce qu\'on a appelé les « années de plomb », de nombreux groupuscules ont repris l\'idéologie de la « propagande par le fait » prônée par certains militants anarchistes de gauche, lors des deux dernières décennies du XXe siècle: Action Directe en France, la Fraction Armée Rouge ou (« bande à Baader ») en RFA, les Brigades Rouges en Italie, Devrimci Sol en Turquie, 17-Novembre en Grèce, les Cellules communistes combattantes en Belgique, Euskadi ta askatazuna|ETA au Pays Basque.
Aujourd’hui, des partis trotskistes comme la LCR ou LO n’hésitent pas à prôner une coercition despotique (interdiction de licencier, par exemple) pouvant aller jusqu’à la violence armée en cas de besoin (l’on n’imagine pas comment ils pourraient s’en passer en cas de prise de pouvoir).

* en Amérique du Sud: les FARC en Colombie (1964-?).
* en Asie: Sekigunha au Japon (faction armée rouge japonaise).

Source WIKI : www.liberaux.org/wiki/index.php?title=Marxisme

* CathieC
Anonyme
Envoyé le 30/05/2007 à 23:43 Modifié par Modifié par cathie89 le 30/05/

www.delation-gouv.fr/

-------------------------------------------------


Oui on aimerait une société plus juste bien sûr. Mais ne pas prendre des exemples critiquables

Les gens doivent se demander s\'ils seraient plus heureux sans la domination d\'une élite qui les mène comme un troupeau en leur faisant des promesses et surtout en taxant pour un oui ou pour un non car c\'est rentré dans les moeurs. (de droite ou de gauche etc).

Le seul moyen d\'arrêter les énormes différences, c\'est la révolution. Il n\'y a pas beaucoup de candidats pour aller au casse-pipe s\'pas. Sauf que si sous Sarko ça ne va pas mieux, cette révolution aura lieu un jour pas si lointain et les armes antipersonnel ça va chauffer

On voit au nom du pognon disparaitre le travail ailleurs (ensuite ya plus de travail mais on est des paresseux puisque au crochet de la société qui bosse : plus que des gratte papiers style banque assurances etc... pour les manuels ou scieurs de long c\'est embêtant). En même temps ce travail est payé rien du tout ailleurs, on vient nous revendre la production très chère et c\'est de la merdouille que l\'on nous vend et qui ne vaut plus rien en qualité puisque ceux qui fabriquent savent qu\'ils doivent produire et seulement produire selon un schéma ou cahier des charges qui n\'a plus le poste \"contrôle qualité\"

Quanton à connu la qualité cpas facile de digérer la politique financière qui nous est imposée. Forcément un jour ça va péter

On n\'a beaucoup parlé des trois jours de repos de Sarko dans un pti paradis et le prix que ça coute. Nous sommes des millions à ne pas dépenser plus de 2/3000 euros en vacances en familles, trajet compris (c\'est déjà énorme et autant de millions de personnes n\'ont pas ces moyens et ne partent pas).

Concernant Sarko et toutes la clique du pouvoir ou du CACA40 en même temps, quand ils partent en vacances, ils ne paient rien du tout, ce sont des cadeaux des uns aux autres, aux frais souvent d\'entreprises qu\'ils... squatent en siégeant à la direction évidemment. Mais les riches ne paient rien de rien n\'importe où, n\'importe quand, c\'est nous qui payons par un moyen ou un autre et le pire c\'est que ceux qui ne votent pas là où ils devraient trouvent cela normal. C\'est l\'indécence humaine. On est content de voir nos clowns prendre du bon temps à nos frais pendant qu\'ils nous traitent de fénéants.

Questions : tout est gratuit pour nos politiques. Pourquoi doit-on en plus leur verser des salaires colossos

Alors aujourd\'hui attendons de voir ce que propose la nouvelle droite qu\'a pas l\'air trop copine avec l\'ancienne, mais surtout faut attendre le vrai, le seul, le nouveau , magicien qui nous sortira de ce panier de crabes



* grolou
Anonyme
Envoyé le 31/05/2007 à 00:10 Modifié par Modifié par grolou le 31/05/20

les armes antipersonnel ça va chauffer

en effet tu ne crois pas si bien dire. La vitesse de la balle à sa sortie du canon provoque un échauffement incroyable de ce dernier. A tel point que les mitrailleuses Vickers avaient un canon à refroidissement par air et par eau. Etonnant n\'est ce pas?

plus que des gratte papiers style banque assurances etc.

même mon maire communiste a fait acheter des balayeuses montées sur camionette, et depuis les balayeurs municipaux se font chier comme des rats morts. C\'est pas humain.

pour les manuels ou scieurs de long c\'est embêtant

tu as bien raison dans ton analyse. Je me fais beaucoup de soucis pour la noble profession des scieurs de long, si répandue de nos jours.

Forcément un jour ça va péter

ben oui, à cause de la chaleur dégagée il arrivait que les canons des armes pétent. Heureusement on a pu résoudre ce problème. Le recul d\'une arme entre autres limite l\'échauffement du canon, mais moins que le traitement de surface de la chambre. En 1888 le Komission-Gewehr adopté par l\'armée allemande chauffait tellement qu\'il avait fallu fournir une moufle aux soldats pour éviter les brûlures de la main, quand le canon n\'explosait pas.

Nous sommes des millions à ne pas dépenser plus de 2/3000 euros en vacances en familles, trajet compris

tu rigoles? C\'est juste le prix du trajet. Tu ne dois pas prenddre souvent l\'avion toi, ou alors c\'est tes copains du cac40 qui payent pour toi.





* CathieC
Anonyme
Envoyé le 31/05/2007 à 00:26 Modifié par Modifié par cathie89 le 31/05/

même mon maire communiste a fait acheter des balayeuses montées sur camionette, et depuis les balayeurs municipaux se font chier comme des rats morts. C\'est pas humain.

Woui gromalin ? essaies dont de créer ton emploi avec l\'une de ces machines

tu as bien raison dans ton analyse. Je me fais beaucoup de soucis pour la noble profession des scieurs de long, si répandue de nos jours.

c\'était un clin d\'oeil (au travail manuel) mais tu as parfaitement compris

tu rigoles? C\'est juste le prix du trajet. Tu ne dois pas prenddre souvent l\'avion toi, ou alors c\'est tes copains du cac40 qui payent pour toi.

tu ne dois pas utiliser l\'avion souvent non plus car c\'est bradé les prix des vols aujourd\'hui. C\'est pour cela aussi que les avions ont/auront tendance à tomber de plus en plus souvent. forcément il doit y avoir une économie quelquepart





* grolou
Anonyme
Envoyé le 31/05/2007 à 00:49 Modifié par Modifié par grolou le 31/05/20

C\'est pour cela aussi que les avions ont/auront tendance à tomber de plus en plus souvent

non, c\'est parce que les gens ont grossi, que sur les vols à bas prix il y a davantage de passagers à revenus modestes (et donc d\'obèses, voir le lien que je donne ci après) et que ça alourdit les avions. On revient d\'ailleurs au problème de la lutte des classes. Dans le temps les pauvres étaient maigres et les riches gros. De nos jours c\'est chez les pauvres et les moins diplomés qu\'il y a le plus fort taux d\'obèses. www.inra.fr/internet/Departements/ESR/publications/iss/pdf/iss05-1.pdf


cet1PEC cet1PEC
2 837 contributions
Membre depuis le 29/03/2002
Envoyé le 31/05/2007 à 19:00


Questions : tout est gratuit pour nos politiques. Pourquoi doit-on en plus leur verser des salaires colossos

parceque ces salops en profiteraient pour se faire graisser la patte, pour être officiellement corruptibles, pour s\'autoriser le fonctionnement au bakchich, pour justifier des conduites mafieuses que, aujourd\'hui du moins, ils sont obligés de cacher. [:D]
Pour emm... les ultra du tout pour moi rien pour les autres... et faire vibrer les neuronnes ! Les "Économistes Atterrés" atterres.org/
cet1PEC cet1PEC
2 837 contributions
Membre depuis le 29/03/2002
Envoyé le 31/05/2007 à 19:11


poser des questions du genre \"Etes-vous Sarkozyste ou Marxiste\" c\'est à peu près aussi interessant que de dire \"Etous-vous pour la prévention des incendies (gardes-forestiers, mesures de débroussaillage, lama, etc ) ou pour le secours des sapeurs pompiers ?\"

dans la forêt la mieux protégée du monde tu peux voir tomber un avion de ligne avec son plein de réservoir, une météorite, une orage exceptionel, une usine type Sévéso pour exploser à proximité, un train de marchandise, un transport routier dangeureux, une sécheresse anormale, des lignes à hautes tension qui cassent, un abrutis qui veut se faire connaître en tant que tel, un mec qui veut liquider sa belle-mère par le feu, une fille qui a le feu au...
Pour emm... les ultra du tout pour moi rien pour les autres... et faire vibrer les neuronnes ! Les "Économistes Atterrés" atterres.org/

Discussion trop ancienne

Cette discussion a été automatiquement fermée car elle n'a plus reçue de nouveau message depuis trop longtemps.

Nous vous suggérons de créer un nouveau message

« Retour sur la liste des messages de ce forum